Révolutionner le monde de la construction en alliant confort et économie

Depuis des décennies, des techniques de constructions bioclimatiques ont été développées afin d’affronter des climats parfois extrêmes. L’Égypte est la parfaite illustration, car malgré son climat sec et chaud, elle a su combiner les techniques ancestrales et modernes pour adapter ses habitats à son environnement en grande partie désertique.


Batiboom: Révolutionner le monde de la construction en alliant confort et économie

©Pixabay


L’Égypte a su, malgré son climat chaud et sec, utiliser des techniques ancestrales et modernes pour la construction de maisons adaptées et confortables.

Ce pays au climat aride, est en grande partie désertique. Le principal problème de ce genre de climat est qu'il fait chaud le jour et froid la nuit. Que ce soit à l'Est avec le Sinaï, à l'Ouest avec le désert libyen ou dans le Sud, on ne trouve généralement que des territoires chauds et désertiques.


Seul le delta du Nil et les contrées tout au long du fleuve bénéficient de verdure. Ainsi, le principal matériau, pour ne pas dire l'unique, est la terre, comme dans beaucoup de pays aux problématiques similaires.


Le pays compte plusieurs types d'habitats traditionnels. On distingue l'habitat du bord de mer, celui du Sinaï, celui de l'Ouest (désert Libyen), celui du Caire (qui compte environ sept types différents), celui du Centre, au niveau de Louxor et celui du Sud, le nubien dont nous allons parler aujourd'hui.


Le secret du confort de l’habitat nubien

Situé au Sud du paysage égyptien, l’habitat nubien est l’une des constructions qui, non seulement offrent un confort absolue aux habitants, mais exigent moins de ressources financières pour son déploiement.


En effet, avec un coût de fabrication très faible et des qualités d'isolation remarquables, ce type d’habitat est construit en brique de terre cru, appelé couramment adobe, faite à partir d'un mélange de terre, d'eau et de paille.


De plus, la technique d’orientation est un facteur important qui détermine la meilleure situation à la fois vis-à-vis du soleil et du vent, afin de garantir la qualité attendue. Pour se protéger du soleil, l'idéal est de placer le grand axe de la maison Est-Ouest.


La terre, un isolant très performant

Les maisons en terre n’ont besoin ni de chauffage ni de climatisation. En effet, leurs murs sont isolants quelle que soit la saison puisqu'ils conservent la fraicheur en été et la chaleur en hiver. Contrairement au béton, qui lui, donne du froid en hiver et du chaud en été. Ainsi, à moindre coût, la terre donne le meilleur résultat en termes d'isolation.


L'utilisation de la terre et la bonne orientation permettent donc déjà de réduire considérablement la température intérieure.


D’autres techniques sont utilisées dans certains pays arabes, à savoir les malqafs et les mashrabiyas.


Les malqafs sont des ouvertures placées au point le plus haut de la maison permettant d'introduire de l'air propre dans la pièce principale. Cette dernière est généralement en hauteur, pour une meilleure circulation et est équipée d’un toit en voûte.


Les mashrabiyas, quant à eux, sont des grilles placées en façade permettant de laisser passer l'air tout en filtrant le soleil.

Une bonne disposition de ces éléments, ainsi qu'une bonne orientation du vent peuvent réduire de plus de 10°C la température intérieure par rapport à l'extérieur.


L’une des composantes principales de ces techniques est la voûte. Le toit en voûte est le moyen le plus adapté et le plus efficace pour repousser les radiations solaires.


L'habitat nubien utilise ces deux techniques.


Les villages nubiens sont également réputés pour leur disposition extrêmement efficace pour lutter contre le soleil. Ainsi, les maisons toutes collées les unes aux autres, créent des rues étroites et ne reçoivent du soleil qu'une à deux heures par jour, lorsque ce dernier se trouve au zénith.


Par conséquent, un air frais circule dans ces rues, rafraichissant les maisons, qui évacuent à leur tour l'air chauffé par des ouvertures internes.


Mohamed KANTE


A lire également