Le risque de cancer dans le BTP : état des lieux

Les BTP, un des secteurs clés de l’économie mondiale, est aujourd’hui touché de plein fouet par les cancers d’origine professionnelle. Si en Afrique, les études approfondies sur le sujet n’ont pas encore été menées, en France, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a présenté pour la première fois des données sur les cancers résultants d’une activité professionnelle. Il en ressort que le BTP est un secteur particulièrement à risque.

© sputniknews

Un cancer professionnel est un cancer dont la cause ou une des causes est l'exposition à une substance cancérogène au travail. D’après l’étude pilotée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) en France, les travailleurs du BTP et de la métallurgie seraient les plus concernés par cette maladie. L’étude divulguée à l’occasion du 35e congrès de médecine et santé le 5 juin 2018 à Marseille, dénonce les expositions répétées à l’amiante (42% des cas), loin devant les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) (6,5% des cas), la silice, les fumées de moteur diesel ou de soudure.

En 15 ans, on dénombre 14 015 cas de cancers d'origine professionnelle

L’étude commandée par l’Anses a été menée dans le cadre du plan cancer 2014-2019. C’est un vaste projet de recherche qui a débuté en 2001 et été diligenté par le Réseau National de Vigilance et de Prévention des Pathologies Professionnelles (RNV3P), qui se compose d’une trentaine de Centres de compétences en psychiatrie et psychothérapie (CCPP). Cette recherche a conduit à l’étude de toutes les situations professionnelles associées au diagnostic de 11 types de cancer : bronches, voies urinaires, sein, rein, larynx, sinus, côlon-rectum, peau hors mélanome, système nerveux central, hémopathies lymphoïdes matures, leucémies myéloïdes.

249 000 patients ont été pris en charge avec l’aide de six services de santé au travail (SST). Parmi ces patients, les chercheurs ont recensé 27 585 cas de cancers en quinze ans, dont 14 015 seraient d’origine professionnelle.

Le BTP et la métallurgie sont les professions les plus à risque

Parmi les secteurs à risque, le BTP arrive nettement en tête. C’est le secteur où surviennent le plus souvent les cancers professionnels (16,2 %). Ces cancers touchent majoritairement des personnes qui exercent les métiers qualifiés du Bâtiment et assimilés (22,1 %).

Il est suivi par la métallurgie (6,1%) et le commerce et réparation d'automobiles et de motocycles (5,2%).

Le cancer broncho-pulmonaire, le cancer le plus répandu dans le monde professionnel D'après le même rapport, les cancers broncho-pulmonaires sont les plus répandus (11 019 cas). Viennent ensuite les cancers des voies urinaires (1 314) et les hémopathies lymphoïdes matures (452). La liste comprend également les leucémies myéloïdes (338), les cancers des sinus (256), du rein (169), du larynx (147), de la peau hors mélanome (107) ou encore du système nerveux central (99), du sein (68) et du côlon-rectum (56).

L’amiante est en cause dans 42 % des cas de cancers d’origine professionnelle étudiés.

Données présentées par l’Anses lors du 35e congrès de médecine et santé au travail organisé à Marseille en France du 5 au 8 juin 2018

Sources:

www.batiactu.com

www2.editions-tissot.fr

A lire également