La Guinée va lancer les travaux d’interconnexion de l’OMVG

Les travaux de construction de la ligne d’interconnexion électrique devant relier les pays membres de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG) seront lancés ce samedi, en Guinée Conakry.


Plus de 6 mois après la signature de sa convention de financement, les premiers coups de pioches vont être donnés aux travaux de construction de la ligne d’interconnexion des pays de l’OMVG. La cérémonie de lancement aura lieu ce week-end dans la capitale guinéenne sous la direction du président Alpha Condé. Outre ce dernier, Lansana Fofana, haut commissaire de l’OMVG et Adesina Akinwumi de la Banque africaine de développement (BAD) seront également présents.


La ligne d’interconnexion va relier les 4 pays de l’OMVG (Guinée Conakry, Gambie, Guinée Bissau et Sénégal) par une source électrique haute tension de 1 677 km et d’une capacité de transit de 800 MW. Le projet devrait permettre, à terme aux pays membres, de s’approvisionner en énergie propre et compétitive grâce à la production hydroélectrique des barrages de Kaléta (240 MW) en Guinée et de Sambagalou (128 MW) sur le fleuve Gambie au Sénégal.


Selon l’OMVG, il représente une étape déterminante dans le renforcement de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest et la réalisation du Système d’échanges d’énergie électrique ouest africain (EEOA– WAPP) des pays membres de la CEDEAO. Ainsi, les réseaux électriques OMVS (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal) seront raccordés au nord et CLSG (Côte d’Ivoire, Liberia, Sierra Leone-Guinée) à l’est.


D’un coût global de 722 millions de dollars, la ligne d’interconnexion de l’OMVG est cofinancée à hauteur de 26 milliards de FCfa par l’AFD, les 4 Etats membres de l’organisation ainsi que 7 autres bailleurs de fonds.


L’OMVG a été créée le 30 juin 1978 par le Sénégal et la Gambie. Ces deux pays ont été rejoints plus tard par la Guinée Conakry et la Guinée Bissau.


C. Farid Akélé



A lire également