Madaraka Express, le nouveau chemin de fer d'envergure inauguré au Kenya (images)

Le Kenya a inauguré mercredi 31 mai, son premier chemin de fer depuis plus d'un siècle. La nouvelle infrastructure va relier la capitale Nairobi, à la ville portuaire de Mombasa.

Financé à hauteur de 3,2 milliards de dollars par la Chine, le chemin de fer Madaraka Express est le plus important projet d'infrastructure du pays depuis l'indépendance. En dehors de sa construction par une société chinoise, ses nombreux conducteurs et ingénieurs viennent de l’Empire du Milieu dans un premier temps. Mais des Kenyans seront formés pour prendre la relève.

Il a fallu trois ans et demi pour construire la ligne de chemin de fer, grâce à la technologie de traçage chinoise. La ligne est interposée par 79 ponts, deux grandes stations, sept stations intermédiaires et 23 autres stations de passage.

Pour l'instant, la ligne s'étend sur 472 km. Mais il existe un plan directeur de 25 ans pour rallier le Sud-Soudan, le Rwanda, le Burundi, l'Éthiopie et l'est de la RD Congo à l'océan Indien.

Grâce à Madaraka Express, il faut désormais quatre heures et demie pour partir de Mombasa à Nairobi, contre neuf heures en bus ou 12 heures en empruntant l’ancien chemin de fer.

Le nouveau chemin de fer traverse certains des parcs nationaux du Kenya, où cette femme photographie un zèbre.

Chaque station du chemin de fer a été conçue pour se fondre dans l'environnement local. La station de la rivière "Athi" est destinée à réfléchir sur les collines voisines, tandis que celle de "Miasenyi" s'inspire des zèbres.

Le spectaculaire Mombasa terminus a été conçu pour ressembler à des ondes et des ondulations dans l'eau rayonnante de la tour centrale.

Les plates-formes et les lignes de cheminement représentent les rivages océaniques.

Nairobi abrite la gare principale et le terminal passager. Ce sera également un dépôt de maintenance de locomotives pour les véhicules, les wagons et les autocars. Il est conçu pour ressembler à deux locomotives qui se croisent.

C. Farid Akélé avec BBC / Photos : Michael Khateli, AFP et EPA

A lire également