Sénégal : La procédure de lotissement et de branchement à l’eau réduit à 100 jours

Viviane Laure Bampassy, ministre de la fonction publique, de la rationalisation des effectifs et du renouveau du service public a annoncé que le gouvernement du Sénégal a décidé d’améliorer à travers une Approche par résultats rapides (ARR), les procédures relatives à l’autorisation de lotir et au branchement à l’eau.


Cette approche consiste selon la ministre, à mobiliser une équipe motivée pour réaliser en un court délai, autour de 100 jours, un projet présentant un certain degré de complexité.


Le département de Rufisque a été choisi pour la phase pilote de l’ARR. La ministre de la fonction publique a signé en compagnie de ses homologues de l’hydraulique, Mansour Faye et de du renouveau urbain, Diène Farba Sarr, une note de défi à travers laquelle ils s’engagent à mener ce processus d’allégement et de simplification des procédures.


A en croire les différents ministres, Rufisque a été choisi car il constitue un territoire d’attractivité, de croissance, un espace de convergence des intérêts des acteurs, mais aussi un écosystème de transformation urbaine. Cela offre, ajoutent-ils, un terreau fertile pour l’expérimentation de l’ARR.


"En dépit de l’existence de procédures normalisées et écrites, l’examen de l’écosystème de Rufisque démontre à suffisance combien les défis politiques, stratégiques et opérationnels que nous nous sommes fixés exigent de chacun d’entre nous un engagement constant et une disponibilité effective, si nous voulons réaliser les objectifs de performance et atteindre les résultats pratiques au bout de 100 jours’’, a précisé Viviane Laure Bampassy. [if !supportLineBreakNewLine] Pour cette dernière, la collaboration des différents secteurs de l’administration et la coordination de leurs interventions constituent le défi majeur de la performance pour tous les secteurs publics du monde.


Elle souligne que la méthode de l’ARR n’a pas seulement pour effet de produire des résultats rapides. Elle a davantage vocation à susciter la créativité, la motivation, l’engagement des différentes parties à établir un dialogue des pratiques et des expertises, pour apprendre ensemble à résoudre un problème d’ordre adaptatif.


C. Farid Akélé

A lire également