Sénégal : "Le permis à points, élément dissuasif contre les accidents de la circulation"

Mansour Elimane Kane ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a une nouvelle fois, vanté les mérites du permis à points contre les drames routiers au Sénégal.


Dakar, quartier Ouest Foire

"C’est un élément dissuasif dont la mise en place va faire sortir de la route certains conducteurs dangereux", a-t-il affirmé samedi en déplacement à Dinguiraye dans le département de Nioro (centre du pays).


Cette déclaration du ministre intervient alors qu’un nouvel accident de la route a fait 14 morts et plusieurs blessés, la veille sur l’axe Kaffrine-Kaolack." Quand on commet des infractions routières et qu’on perd des points, il faudra retourner à l’auto-école, reprendre la formation, pour encore passer le permis à points", a expliqué Mansour Elimane Kane, cité par l’APS.


Par ailleurs, l’officiel sénégalais a annoncé la signature du contrat liant l’Etat au partenaire stratégique de la mise en œuvre du permis à points avant la fin du mois. "On connait le partenaire stratégique et on va signer le contrat avant la fin du mois de mars 2017", a-t-il assuré, citant des pays comme la France, le Maroc, où le permis à points, a contribué à réduire de moitié selon ses dires, le nombre d’accidents de la circulation.


Le gouvernement du Sénégal a annoncé l’introduction du permis avant le mois de juillet. Les accidents de la route coûtent près de 163 milliards de perte à l’Etat.


C. Farid Akélé


A lire également