Sénégal-Mauritanie : La BAD octroie des prêts pour construire le pont de Rosso

Le gouvernement du Sénégal a signé un accord de prêt avec la Banque africaine de développement (BAD) d’un montant de près de 27 milliards de FCFA en janvier dernier dans le cadre du projet de construction du pont de Rosso.

La traversée par bac entre le Sénégal et son voisin du nord - la Mauritanie - sera bientôt un vieux souvenir pour les populations des deux côtés du fleuve Sénégal. Le projet de construction du pont de Rosso entre dans une phase accélérée. D’une distance de 1 461 mètres, l’infrastructure sera disponible à échéance 2020-2021.


Conçu depuis plus d'un demi-siècle, le projet sort enfin des décombres avec les 41 millions d’euros soit 27 milliards de FCFA (26 894 237 000 de FCFA), accordé par la Banque africaine de développement (BAD) pour son financement. L'accord de prêt a été signé le 12 janvier dernier, à Dakar entre le ministre sénégalais de l’Economie et des Finances Amadou Ba et le représentant-résident intérimaire de l'institution bancaire.


D’un coût global de 57 milliards de FCFA (87,5 millions d’euros), le budget de l'infrastructure sera complété par la Banque européenne d’investissement avec 22 millions d’euros et 20 millions pour l’Union européenne. Pour le reste des fonds nécessaires pour l’exécution des travaux, Dakar et Nouakchott se sont accordés pour apporter près de 4,5 millions d’euros.


Partage de responsabilité

En ce qui concerne le partage de responsabilité, le projet sera conduit par le Sénégal qui pilotera la gestion du projet tandis que la Mauritanie en abritera le siège de l’autorité gestionnaire. Le développement des activités de commerce transfrontalier et de pêche, des populations des deux villes riveraines demeure l’objectif principal de la réalisation du projet.


Selon des études de la BAD, le Pont de Rosso, de 2 x 1 voie et large de 55 mètres, permettra également de réduire le temps de franchissement de la frontière. « Il passera théoriquement de vingt-cinq à deux minutes », selon cette source.Les véhicules gagneront deux heures sur le trajet de Nouakchott à Dakar, lui long de 550 kilomètres. De 115 véhicules, le trafic quotidien moyen sera plus que triplé (370) à la mise en service du pont. Une projection à l’horizon 2048 indique que ce chiffre atteindra 3 210.


Miguel Godonou


A lire également